Auteur : Arnaud Lalanne

Wenchao LI (éd.), « Das Recht kann nicht ungerecht sein… », Beiträge zu Leibniz’ Philosophie der Gerechtigkeit, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, Studia Leibnitiana – Sonderhefte 44, 2015, 184 p.

Les textes réunis par Wenchao Li apportent une précieuse contribution à l’étude de la philosophie leibnizienne de la justice et se réfèrent fréquemment à deux opuscules de 1703, Sur la nature de la bonté et de la justice (p. 142-163) et Sur la notion commune de la justice (p. 163-179), dont la première édition critique est établie avec rigueur dans ce volume par Stefan Luckscheiter, et d’où est tiré le titre du recueil : « le droit ne saurait être injuste » (p. 154-155).

S’il est contradictoire, pour Leibniz, que le droit produise une injustice, il n’en va pas de même pour la loi. En effet, comme l’explique Matthias Armgardt, « les lois appartiennent au domaine des contingents » (p. 19), quand elles ne reposent que sur la seule puissance arbitraire, le juste étant alors réduit à « ce qui est utile au plus puissant » selon la conception du juste développée par Thrasymaque dans la République de Platon. Or, le principe de la justice et du droit se trouve dans « la nature des choses », qui exprime toujours une harmonie et une proportion quasi géométrique. C’est pourquoi Leibniz combat symétriquement le caractère absolu du volontarisme hobbesien et les incohérences des définitions « circulaires » (p. 18-19) du pouvoir souverain proposées par Pufendorf. […]

Arnaud LALANNE

Lire l’intégralité de ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin leibnizien III chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Arnaud LALANNE, « Wenchao LI (éd.), « Das Recht kann nicht ungerecht sein… », Beiträge zu Leibniz’ Philosophie der Gerechtigkeit, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, Studia Leibnitiana – Sonderhefte 44, 2015 » in Bulletin leibnizien III, Archives de Philosophie, tome 80/3, avril-juin 2017, p. 561-623.