Auteur : Bernard Sève

BAUDRY, Hervé, Le Dos de ses livres. Descartes a-t-il lu Montaigne ? Paris, Honoré Champion, « Bibliothèque Littéraire de la Renaissance », n° 90, 2015, 393 p.

Le titre énigmatique de ce livre s’éclaire à la fois par son sous-titre et par l’illustration de couverture reprise en pleine page (p. 7) : une gravure de Cornelis Hellemans (datée par le Rijksmuseum des années 1687-1691) représentant D. assis à sa table de travail, la plume à la main. Derrière lui, une planche portant des livres dont on ne voit que les tranches (l’A. ne signale pas que D. a le pied droit posé sur un grand in-folio à plat sur le sol, dont on ne voit également que la tranche, mais sur laquelle est très lisiblement écrit « ARISTOTELES »). Le mot Essais serait-il imprimé au dos d’un de ces livres ? D. avait-il Montaigne [= M.] dans sa bibliothèque, l’a-t-il simplement lu ? Une tradition finalement assez récente, dit l’A., l’affirme. Le Dos de ses livres cherche à renverser cette tradition.

Cette étude vise en réalité trois objectifs solidaires mais différents : reconstituer l’histoire de la lente constitution de ce qu’il appelle le « couple Montaigne-Descartes » (chap. I à III), établir et discuter le « corpus montaigno-cartésien », c’est-à-dire l’ensemble des rapprochements « thématiques » ou « textuels » proposés par les historiens de la philosophie entre textes de D. et textes de M. (chap. IV à VI), et enfin répondre à la question posée par le sous-titre (chap. VII). […]

Bernard SÈVE

Lire l’intégralité de ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin cartésien XLVI chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Bernard SÈVE, « BAUDRY, Hervé, Le Dos de ses livres. Descartes a-t-il lu Montaigne ? Paris, Honoré Champion, 2015 » in Bulletin cartésien XLVI, Archives de Philosophie, tome 80/1, Janvier-mars 2017, p. 147-224.