Auteur : David Wittmann

Georg Wilhelm Friedrich HEGEL, Vorlesungen über die Philosophie des subjektiven Geistes (Gesammelte Werke, Bände 25.2 & 25.3), hrsg. von Christoph Johannes Bauer, Hamburg, Meiner, respectivement 2012 et 2016, 568 & 560 p.

Ces deux volumes marquent l’achèvement de l’édition critique des leçons sur l’esprit subjectif de Hegel et nous livrent, en l’état actuel des découvertes, l’ensemble des matériaux qui sont à notre disposition. Il faut louer la patience, la persévérance et la compétence des éditeurs des Œuvres Complètes, et en particulier ici de C.J. Bauer qui a effectué un travail fastidieux et colossal de recherche, de transcription et d’annotation ; on ne dira jamais assez combien leur travail est important et mérite l’admiration de la communauté hégélienne. Tandis que le premier volume paru en 2008 regroupait les leçons de 1822 (Hotho) et de 1825 (Griesheim, avec les variantes de Kehler et Pinder), le second volume est consacré aux leçons de 1827/28. Comme on le sait, F. Hespe et B. Tuschling avaient déjà publié une édition des cahiers de J.E. Erdmann et de F. Walter relatifs à ce cours (F. Meiner, 1994). Entretemps, un nouveau manuscrit avait été découvert par J. Huggler, à savoir celui de Stolzenberg. C’est ce dernier manuscrit qui a été choisi comme texte principal pour le cours de 1827/28 ; selon l’éditeur c’est celui qui est le plus proche de l’exposé hégélien, celui d’Erdmann ayant été fortement retravaillé et portant la marque des intérêts propres à son « auteur », celui de Walter devant être entrevu comme un conglomérat entremêlant de simples copies des notes d’Erdmann, d’autres auditeurs et les propres notes de Walter ; enfin, celui de Hueck, découvert à la bibliothèque nationale de Russie, étant à son tour une copie de celui de Walter (cf. « Editorischer Bericht » in 25.3, p. 1133). De fait, à la lecture, le texte de Stolzenberg est moins disert que celui d’Erdmann et la lecture des variantes montre de nombreuses divergences (cf. entre autres exemples l’incipit de la section consacrée à l’esprit pratique, 25.2, p. 886 sq.). C.J. Bauer explique d’ailleurs, dans son apparat critique, que certaines des conclusions qui avaient été tirées par les précédents éditeurs des notes d’Erdmann et de Walter, comme celle selon laquelle la section consacrée à l’esprit libre serait pour ainsi dire présente in nuce dans l’introduction des leçons de 1827/28, doivent être pour le moins révisées à la lecture du texte de Stolzenberg (25.3, p. 1150 sq.). Si la nouveauté du volume 25.2 réside assurément dans la publication de ce dernier manuscrit, il faut souligner que J. C. Bauer a révisé la transcription des notes d’Erdmann et de Walter, améliorant ainsi le travail de F. Hespe et de B. Tuschling qui était déjà d’une remarquable qualité. En effet, certains passages, comme celui sur les hiéroglyphes (p. 213 dans l’édition de 1994 et p. 848 dans le volume 25.2), ont été modifiés, ce qui améliore quelquefois la compréhension du sens du propos hégélien. Permettons-nous néanmoins de dire que les principes utilisés pour la restitution des variantes dans l’édition des Œuvres de Hegel rend la lecture des versions de Erdmann/Walter extrêmement fastidieuse et ne facilite pas la comparaison avec le texte de Stolzenberg ; bien qu’en la matière – tout éditeur et tout traducteur l’accordera facilement – aucune solution ne soit idéale, l’édition de 1994 reste à notre sens fort utile pour qui veut se faciliter quelque peu la tâche. Le second volume de cette édition reproduit également – et ce avec raison – les additions de Ludwig Boumann. Outre l’imposant « Editorischer Bericht », le troisième volume contient presque 400 pages de notes qui, à elles seules, constituent un remarquable travail d’édition critique, listant toutes les sources directes de Hegel et nous donnant accès aux passages des textes originaux qu’il a utilisés. Il convient pour conclure de saluer à nouveau cette très belle édition qui contribuera à n’en point douter au regain d’intérêt que semble connaître actuellement l’esprit subjectif, partie de l’Encyclopédie très injustement délaissée par le passé.

David WITTMANN (INSA Lyon/UMR 5317)

Lire l’intégralité de ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin de littérature hégélienne XXVII chez notre partenaire Cairn 

Pour citer cet article : David WITTMANN, « Georg Wilhelm Friedrich HEGEL, Vorlesungen über die Philosophie des subjektiven Geistes (Gesammelte Werke, Bände 25.2 & 25.3), hrsg. von Christoph Johannes Bauer, Hamburg, Meiner, respectivement 2012 et 2016 » in Bulletin de littérature hégélienne XXVII, Archives de Philosophie, tome 80/4, Octobre-décembre 2017, p. 773-802.

Du même auteur :