Auteur : Matteo Favaretti Camposampiero

Michel FICHANT et Arnaud PELLETIER (éd.), Leibniz après 1716 : comment (ne pas) être leibnizien ?, Les Études philosophiques, PUF, octobre 2016-4.

Dans ce volume, Michel Fichant et Arnaud Pelletier ont réuni les textes présentés le 15 avril 2016 à l’Université libre de Bruxelles, à l’occasion du tricentenaire de la mort de Leibniz – mort qui interrompit la production du philosophe, mais marqua le début de sa considérable influence posthume. Comme l’indique le titre du recueil, l’année 1716 est prise comme terminus a quo pour étudier les multiples postérités (philosophiques et non) issues de cette œuvre immense.

Tel un iceberg dont on ne devine pas la masse immergée, la production manuscrite de Leibniz a eu des effets puissants tout au long de ces trois siècles, au fur et à mesure que le travail des éditeurs faisait connaître de nouveaux inédits. Comme le soulignent M. Fichant et A. Pelletier dans le préface, l’histoire mouvementée et discontinue de la réception de la pensée de Leibniz est donc inextricablement liée aux vicissitudes de son édition inachevée. D’un côté, il s’agit de découvrir ou redécouvrir l’autre Leibniz que nous révèlent « certaines réceptions minoritaires » ; de l’autre, on a finalement la possibilité d’apercevoir le nouveau Leibniz qui « se dessine au travers des progrès les plus récents de l’édition scientifique de son œuvre » (p. 472). Il ne s’agit donc pas de faire une histoire des méprises célèbres, mais bien plutôt de considérer des détails qui s’avèrent, en fait, précieux et féconds. […]

Matteo FAVARETTI CAMPOSAMPIERO

Lire l’intégralité de ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin leibnizien III chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Matteo FAVARETTI CAMPOSAMPIERO, « Michel FICHANT et Arnaud PELLETIER (éd.), Leibniz après 1716 : comment (ne pas) être leibnizien ?, Les Études philosophiques, PUF, octobre 2016-4 » in Bulletin leibnizien III, Archives de Philosophie, tome 80/3, avril-juin 2017, p. 561-623.