Auteur : Remy Rizzo

Raisons politiques, n° 61, février 2016, « La reconnaissance. Lectures hégéliennes », Charlotte EPSTEIN & Thomas LINDEMANN (dir.), Paris, Presses de Sciences Po, 2016, 173 p.

Cet ensemble composé de six articles est le fruit de rencontres internationales dont le thème était « La dialectique du maître et de l’esclave chez Hegel et la lutte pour la reconnaissance dans les relations internationales ». Elles furent organisées au CERI les 17 et 18 juin 2014. Les auteurs partent du constat que la dialectique du maître et de l’esclave développée par Hegel dans la Phénoménologie de l’esprit (1807) n’a pas fait l’objet d’un vif engouement des philosophes politiques contemporains. Certes, on doit accorder aux travaux d’Axel Honneth le grand mérite d’avoir placé la lutte pour la reconnaissance au cœur même des conflits sociaux. Toutefois, on se souviendra aussi que Honneth a surtout ravivé la pensée d’un certain Hegel, celui d’Iéna et des écrits précoces, en particulier son Système de la vie éthique (1802-1803) et sa Realphilosophie (1803-1804). En conséquence de quoi, comme le rappellent Epstein et Lindemann dans leur introduction, la conception honnéthienne de la lutte pour la reconnaissance est largement arrimée à un normativisme qui oriente vers la résolution des conflits, vers l’entente, vers « la réussite de la reconnaissance (p. 9) ». […]

Remy RIZZO (Université de Liège)

Lire l’intégralité de ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin de littérature hégélienne XXVII chez notre partenaire Cairn 

Pour citer cet article : Remy RIZZO, « Raisons politiques, n° 61, février 2016, « La reconnaissance. Lectures hégéliennes », Charlotte EPSTEIN & Thomas LINDEMANN (dir.), Paris, Presses de Sciences Po, 2016 » in Bulletin de littérature hégélienne XXVII, Archives de Philosophie, tome 80/4, Octobre-décembre 2017, p. 773-802.