Auteur : Saverio Ansaldi

Lionel ASTESIANO : Joie et liberté chez Bergson et Spinoza, Paris, CNRS Éditions, 2016, 461 p.

Il n’est jamais aisé de procéder à la comparaison entre deux auteurs, surtout lorsqu’ils n’ont apparemment rien en commun. Spinoza et Bergson semblent bien être dans ce cas. Si le premier est le philosophe de la nécessité et de l’infini, le deuxième est celui de la durée et de la mémoire. Qui plus est, Spinoza représente aux yeux de Bergson le modèle même d’une philosophie systématique qu’il s’agit à tout prix de dépasser, afin de la remplacer par une philosophie de l’intuition. « Pourtant, comme l’écrit Lionel Astesiano, l’opposition est moins évidente qu’il ne paraît. Elle est bien trop simple, voire simpliste pour être féconde. Non seulement des rapprochements peuvent être faits à bon escient entre ces deux auteurs, mais il y a même une grande proximité philosophique » (p. 14). […]

Saverio ANSALDI

Lire l’intégralité de ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin de bibliographie spinoziste XXXIX chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Saverio ANSALDI, « Lionel ASTESIANO : Joie et liberté chez Bergson et Spinoza, Paris, CNRS Éditions, 2016 » in Bulletin de bibliographie spinoziste XXXIX, Archives de Philosophie, tome 80/4, Octobre-décembre 2017, p. 803-833.