Auteur : Siegrid Agostini

SALVATORE SCHIFFER, Daniel, Le clair-obscur de la conscience. L’union de l’âme et du corps selon Descartes, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2015, 144 p.

La thèse fondamentale de ce petit livre est la suivante : on trouve dans la philosophie de D. ce que l’A. appelle le clair-obscur de la conscience. Ce clair-obscur de la conscience n’apparaît pas chez le D. jeune, qui vit et travaille en France, le mathématicien, médecin et physicien ; pas même chez le D. de la maturité, le philosophe et métaphysicien des Meditationes qui vit aux Pays-Bas ; mais chez le troisième et dernier D., celui de la vieillesse, le D. qui part pour la Suède et écrit les Passions de l’âme (« ce véritable traité de psychologie », selon l’A.), dans l’ambitieux but de réunir physique et métaphysique, de réunir le corps et l’âme, en inventant l’inconscient tel qu’il sera repris plus tard par Freud. C’est donc le troisième D., selon l’A., le D. moins connu et le plus négligé, celui qu’on doit étudier, le D. qui unit la physique et la métaphysique dans la psychologie, dans ce qui allait devenir la psychanalyse. […]

Siegrid AGOSTINI

Retrouver ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin cartésien XLVI chez notre partenaire Cairn

 

Pour citer cet article : Siegrid AGOSTINI, « SALVATORE SCHIFFER, Daniel, Le clair-obscur de la conscience. L’union de l’âme et du corps selon Descartes, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2015, 144 p. » in Bulletin cartésien XLVI, Archives de Philosophie, tome 80/1, Janvier-mars 2017, p. 147-224.