Auteur : Oberto Marrama

Andrea SANGIACOMO & Francesco TOTO (dir.) : Essentia actuosa. Riletture dell’Etica di Spinoza, Milano/Udine, Mimesis, 2016, 231 p.

Cet ouvrage collectif étudie un aspect spécifique de la métaphysique spinozienne : la signification et l’utilisation du concept d’« essence ». Dans une introduction (p. 9-12), les éditeurs remarquent que le débat contemporain sur le statut et le rôle des essences dans le système spinoziste divise les commentateurs entre deux écoles de pensée différentes. Selon la première, la philosophie de Spinoza se référerait finalement à un modèle platonicien pour expliquer le rapport existant entre la chose sensible et sa forme intelligible ; les essences des choses, situées en Dieu, fourniraient la contrepartie éternelle et immuable de toutes les entités concevables et connues selon leurs manifestations dans un lieu et un temps déterminés. Selon la deuxième école, il n’y aurait pas d’essence éternelle réellement distinguable de l’histoire de la chose elle-même dans l’espace et le temps, ou séparable de ses relations concrètes avec le monde extérieur. L’essence de chaque être humain ne diffèrerait pas de son existence individuelle, déterminée par l’ordre nécessaire de rencontres avec les objets extérieurs et, par conséquent, par ses interactions avec les autres êtres humains.

Le livre est divisé en deux parties qui correspondent aux deux écoles de pensée. Les quatre premiers articles (p. 13-116) abordent le statut ontologique des essences dans le cadre général de la métaphysique spinozienne. Les auteurs en sont : Vittorio Morfino (« Essenza e relazione », p. 15-45), Francesco Piro (« Essenza, causa e ratio in Spinoza e Leibniz », p. 47-74), Mogens Lærke (« La grande confusione : essenze formali ed essenze attuali in Spinoza », p. 75-92) et Matteo Favaretti Camposampiero (« L’origine delle essenze. Wolff, Spinoza e i teologi », p. 93-116). Les cinq autres articles (p. 117-228) se demandent plutôt dans quelle mesure l’on peut parler d’une essence spécifiquement humaine, afin de fonder sur cette base une anthropologie philosophique spinoziste. Ils sont écrits par Francesco Toto (« ‘La costituzione dell’essenza umana’ : un’identità in divenire », p. 119-142), Lorenzo Vinciguerra (« Labirinto e paradosso. Perdere e trovare la propria essenza », p. 143-156), Cristina Santinelli (« Essenza umana, affetti, patologie. A proposito di Ethica III, pr. 57 », p. 157-179), Sandra Manzi-Manzi (« Corpus infantiæ. L’‘essenza’ dell’infante e del bambino nell’Etica di Spinoza », p. 181-203) et Andrea Sangiacomo (« Essenze al negativo : il corpo e il male dal Breve Trattato all’Etica », p. 205-228).

Le texte de Francesco Piro, « Essenza, causa e ratio in Spinoza e Leibniz », constitue un bel exemple des articles de la première partie du livre. Piro propose une lecture de la notion d’essence en termes de « dispositions » d’une chose singulière. Celles-ci fournissent les conditions à la fois nécessaires et suffisantes pour qu’une chose existe comme telle. Néanmoins, en tant que dispositions, ces conditions essentielles, même si elles sont toujours présentes, peuvent demeurer latentes, ou non exprimées dans le temps et l’espace, selon les circonstances et l’ordre des causes externes qui déterminent chaque individu à l’existence ou à la non-existence. Dès lors, Piro soutient que Spinoza chercherait à défendre l’idée qu’il existe une différence entre les caractéristiques essentielles qui déterminent l’individualité d’une chose et la totalité de la chaine causale selon laquelle chaque chose est déterminée à exister et produire des effets dans le monde. Parmi les articles de la deuxième partie l’on peut prendre comme exemple celui de Sandra Manzi-Manzi, « Corpus infantiæ. L’‘essenza’ dell’infante e del bambino nell’Etica di Spinoza », qui porte sur les rapports entre les différents stades de la vie de l’être humain. En analysant l’usage que Spinoza fait des termes latins puer et infans dans l’Éthique, Manzi-Manzi conclut que le processus menant de la presque totale passivité de l’enfant à la liberté du sage ne comporte pas de changement essentiel pour l’individu. Le passage de l’enfance à l’âge adulte est plutôt une mutation des capacités du corps et de l’esprit, qui se produit en accord avec les limites de la nature de chacun et selon les expériences particulières de chacun. À ce processus de mutation de la nature individuelle participent activement les éléments extérieurs – en particulier l’éducation reçue et, à travers elle, le système pédagogique et la société tout entière, avec ses coutumes et ses lois.

On trouvera donc dans cet ouvrage une multitude de suggestions intéressantes et judicieuses pour repenser un concept fondamental de la métaphysique de Spinoza, en connexion avec des éléments de sa théorie politique et de son anthropologie.

Oberto MARRAMA

Lire l’intégralité de ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin de bibliographie spinoziste XXXIX chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Oberto MARRAMA, « Andrea SANGIACOMO & Francesco TOTO (dir.) : Essentia actuosa. Riletture dell’Etica di Spinoza, Milano/Udine, Mimesis, 2016 » in Bulletin de bibliographie spinoziste XXXIX, Archives de Philosophie, tome 80/4, Octobre-décembre 2017, p. 803-833.


♦♦♦