Charte éthique et instructions aux auteurs

Vous souhaitez proposer une contribution à Archives de philosophie.

Ci-dessous, quelques indications permettront à votre texte de recevoir toute l’attention qu’il mérite. Merci de les prendre en considération : elle sont les premières garantes d’une qualité de publication.

La revue se fixe comme objectif de penser et d’aider à penser librement.


I. Charte éthique


Par son travail sur les fondements qui nourrissent et éclairent l’actualité, la revue se fixe comme objectif de penser et d’aider à penser librement.
Dans son fonctionnement, cela se traduit par :

Archives de philosophie ne publie que des textes inédits en français.

1. Des principes d’ouverture philosophique

Par son histoire et l’ampleur de ses centres d’intérêt, Archives de philosophie a prouvé qu’elle n’appartient à aucune école ni n’en privilégie aucune particulièrement.

  • Le Comité de rédaction rend effectif ce principe d’ouverture philosophique par :
    – sa composition, qui réunit des générations différentes d’universitaires et de chercheurs représentant eux-mêmes des courants philosophiques différents aussi bien selon l’histoire que les sphères linguistiques,
    -le fait de ne pas dépasser 2 membres par institution représentée,
    -la volonté de s’approcher progressivement de la parité homme – femme, à l’occasion du départ d’un de ses membres masculins ou quand la question de son extension se pose.
  • Il en est de même du Comité scientifique dans sa fonction d’épauler le Comité de rédaction.
  • Ce principe d’ouverture philosophique est mis en œuvre par la Rédaction en chef dans un travail commun avec le Comité de rédaction et le Comité scientifique aussitôt que s’impose la question de l’ouverture à de nouvelles questions ou à de nouveaux courants philosophiques, afin de garantir une pluralité d’approches. La Rédaction en chef réunit le Comité de rédaction deux fois par an et consulte régulièrement l’un ou l’autre de ses membres. Elle a aussi recours à la consultation de tel ou tel membre du Comité scientifique chaque fois que nécessaire, sur les questions les plus pointues ou des arbitrages délicats.
  • Le Comité de lecture
    Ce comité est un comité ouvert. Il est composé d’experts externes aux instances de la revue et spécialisés dans les champs de la recherche philosophique publiés. Des membres du Comité scientifique sont parfois sollicités.

2. Une exigence de scientificité et de liberté éditoriale

Propriétaire de la revue, le Centre Sèvres – Facultés jésuites de Paris est attaché à l’indépendance, à la liberté et à la qualité de la revue.

  • Il laisse à la Rédaction en chef et au Comité de rédaction la tâche de décider seuls de leurs choix éditoriaux, ceci en fonction du principe d’ouverture philosophie de la revue et des critères décrits dans la grille d’évaluation.
  • En retour, la Rédaction en chef rend compte au recteur du Centre Sèvres du travail et des projets de la revue deux fois par an.
  • La revue ne publie que des articles de recherche, inédits, étayés, sourcés, attestant une réelle inventivité en même temps qu’une rigueur scientifique vérifiée de leurs auteur·e·s.
  • Par exigence de scientificité, elle écarte ce qui relève de l’essai, de la polémique, de l’invective et de la fabrique d’opinions et bien sûr de l’antisémitisme, du racisme et autres contre-vérités.

Archives de philosophie édite les auteur·e·s sans les faire payer, avec pour seule condition la qualité de leur travail.

3. La gratuité, base du modèle économique

  • Archives de philosophie ne publiant pas de publicité, elle tire l’entièreté de ses revenus du paiement des abonnements et ventes au numéro, des consultations en ligne (Cairn, Jstor), des aides publiques (CNRS, CNL) et du mécénat.
  • Archives de philosophie refuse de publier tout texte soumis à la Rédaction quand il est adressé par un·e auteur·e recommandé·e ou soutenu·e par une institution non identifiable ou n’ayant aucune charte éthique, quand bien même ladite institution propose à la revue de payer cette publication.
  • Archives de philosophie s’honore de respecter une tradition francophone de publications : elle édite les auteur·e·s sans les faire payer, avec pour seule condition la qualité de leur travail.
  • En contrepartie, la soumission d’un texte signifie que son auteur accepte de céder les droits de publication de son article dans la version imprimée de la revue et accepte qu’il soit également publié sous forme électronique par l’intermédiaire du site Internet des Archives de Philosophie ou par tout autre partenaire des Archives.
  • Actuellement, la revue est mise en ligne dès parution par Cairn, et deux ans après par Jstor.
  • Les articles sont en consultation gratuite sur Cairn et sur Jstor deux ans après leur publication .
  • Si un autre éditeur veut éditer un de ses articles, la revue, en fonction de la nature commerciale ou non dudit éditeur, demandera le paiement de droits.

4. L’exclusivité et le travail de préparation des articles

  • Les textes proposés aux Archives sont réputés ne pas être soumis en même temps à d’autres revues ou médias pour publication éventuelle.
  • La revue se refuse à publier, sans qu’ils aient été complétés par un travail conséquent et nouveau, les textes d’un colloque ou d’une journée d’études.
  • Soucieuse de prendre le temps nécessaire à la réflexion et de livrer des publications achevées, elle ne publie ni « preprints » ni « working papers ».
  • La revue assure quant à elle la préparation des articles, notes de lectures et comptes rendus acceptés pour publication. Les textes sont relus, corrigés et mis en forme en concertation avec leurs auteurs et autrices, dans un souci de précision, de lisibilité et d’accessibilité.

Archives de philosophie accepte aussi comptes rendus et notes de lecture


II. Instructions aux auteurs


1. Calibrages

a. Articles et varia

  • Les Archives de philosophie ne publient que des textes inédits en français. Il appartient aux auteur·e·s d’en fournir une version française. Si ce n’est pas leur langue d’origine, nous leur recommandons vivement de le faire relire avant envoi par une personne ayant des connaissances philosophiques sur le thème traité et dont la langue maternelle est le français.
  • Les articles ne doivent pas dépasser 50 000 caractères, espaces comprises. Ils comportent un titre, suivi du nom de l’auteur, de son adresse de rattachement (université, institut…), et peuvent se terminer par une adresse mail (institutionnelle de préférence), qui sera publiée.
  • S’y ajoutent de brefs résumés (500 à 1000 caractères avec espaces), ainsi que de 5 ou 6 mots-clés permettant leur indexation.
  • Titre, résumés et mots-clés sont à traduire en anglais.
  • Les textes portent les coordonnées (nom, domicile, téléphone et courriel) de leurs auteur·e·s et sont accompagnés de l’indication de leur nombre de signes (espaces comprises).

b. Comptes rendus d’ouvrages

  • Les Archives en publiant déjà de très nombreux dans des bulletins bibliographiques, les comptes rendus retenus:
    – concernent des ouvrages dont l’apport philosophique est plus marquant,
    – se présentent comme un travail de philosophie,
    – ne dépassent pas 3 500 à 5 000 caractères (espaces comprises) – sauf accord préalable de la Rédaction.

c. Notes de lecture

  • Elles sont une proposition philosophique à partir d’un ou de plusieurs ouvrages. Outre l’expertise philosophique, elles ouvrent sur un débat philosophique avec le contenu même des ouvrages retenus.
  • La note de lecture compte entre 15 000 et 20 000 caractères (espaces comprises).
  • La proposition de note de lecture doit être impérativement discutée avec la Rédaction.

Une notification argumentée est adressée à l’auteur·e

2. Enregistrements et procédures d’évaluation

  • Dès l’arrivée de sa proposition d’article, l’auteur ayant fourni une adresse électronique recevra un accusé de réception.
  • Si le manuscrit satisfait à la charte éthique ci-dessus, la procédure est enclenchée :
    – Après enregistrement, le texte anonymisé sera soumis à la lecture d’au moins deux experts universitaires, tous deux externes aux instances éditoriales et choisis car spécialistes ou familiers du sujet traité. Leurs critères sont énumérés dans une grille d’évaluation.
    – L’évaluation est conduite selon la procédure du double aveugle, les experts ne connaissant pas le nom des auteurs, les auteurs ne connaissant pas ceux des experts.
    – Leurs avis sont présentés par la Rédaction en chef au Comité de rédaction, qui décide alors de la publication ou non des manuscrits concernés.
    – La Rédaction en chef rédige une synthèse adressée à l’auteur motivant la décision de publier ou non. Une notification argumentée est donc toujours adressée à l’auteur·e, habituellement dans les quatre mois (hors vacances académiques).
  • Il est aussi possible de proposer un dossier, dont la coordination vous sera confiée une fois l’angle accepté et affiné avec l’aide du Comité de rédaction. Le ou la responsable cherche alors et constitue une équipe d’auteur·e·s. Après cette étape, les articles sont soumis à évaluation. Il n’est pas rare que des manuscrits soient écartés au terme de cette seconde procédure. C’est la Rédaction en chef qui se charge d’en aviser les auteur·e·s concerné·e·s, après en avoir informé la ou le responsable du dossier.
  • Les textes non retenus pour publication ne sont pas retournés.

Fichiers Word et pdf

3. Précisions techniques

  • Les manuscrits :
    – sont envoyés de façon privilégiée sous forme de fichier électronique (document joint) en format Word ou RTF, mais aussi d’un pdf,
    – leurs titres, sous-titres et citations seront mis en forme via les feuilles de style de Word, adaptées ou non aux critères de la revue, ou à ceux de l’auteur,
    – les auteur·e·s veilleront à ce que les titres et sous-titres ne dépassent pas deux lignes dans le format de la revue,
    – ils éviteront d’utiliser plus de deux niveaux de sous-titres à l’intérieur de leur article.
  • Graphiques et dessins : en cas d’insertion de graphiques ou dessins, les auteur·e·s voudront bien joindre en outre un tirage papier séparé les regroupant. Ils indiqueront le ou les programmes utilisés pour leur réalisation.
  • Insertion de textes en langue étrangère :
    – En cohérence avec la langue de publication, les citations importantes en langue étrangère auront place – de préférence – en note de bas de page.
    – Les polices de caractères particulières (grec, arabe, hébreu, signes mathématiques…) utiliseront toujours un codage Unicode. Il convient alors de joindre à l’envoi un tirage papier ou un document PDF.
    – Dans le cas où le texte serait une traduction, il faudra prévoir l’envoi du texte original.

Archives de philosophie se cale sur les principes de l’Imprimerie nationale

 

4. Précisions typographiques

Archives de philosophie se cale sur les principes typographiques recommandés par l’Imprimerie nationale (publiés dans le Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale) dont voici quelques points résumés :

a. Les capitales sont accentuées.

b. Les italiques sont réservés aux expressions latines, mots étrangers, titres d’œuvres et de journaux. Ils peuvent exceptionnellement être utilisés pour souligner un mot. Les citations se présentent, si elles sont courtes, entre guillemets, si elles sont longues, dans un format de paragraphe spécifique aux citations. Les citations en langues étrangères se plient à la même règle (et restent donc en caractères romains).

c. Pour les références et bibliographies, les Archives de philosophie n’imposent pas de normes, mais recommandent cette hiérarchisation :

– Prénom NOM (en petites capitales), Titre de l’ouvrage. Sous-titre, tr. fr. Initiale du prénom Nom, Ville, éditeur, coll. « titre de collection », année, nombre (x) de pages (p.).
– Prénom NOM, « Titre de l’article », Titre de la revue, tome, année, x p.
– Prénom NOM, « Titre du chapitre » in Titre de l’ouvrage, Initiale du prénom Nom dir., Ville, éditeur, coll. « titre de collection », année, x p.

Un point d’attention : à la première occurrence, toujours citer le prénom en entier de l’auteur, même s’il faut écrire « Georg Wilhelm Friedrich Hegel ». Ensuite, l’initiale suffit pour le prénom d’un auteur contemporain vivant, et le nom pour les grand·e·s auteur·e·s de la tradition – ainsi “Kant”.

d. Titres d’ouvrages et noms d’organisme en français : sauf pour la mention spécifique d’éditions anciennes qui garderont leur orthographe et leur typographie d’origine scrupuleusement respectées, les majuscules aux titres de livres se placeront non pas suivant les choix variables et essentiellement esthétiques ou commerciaux des couvertures publiées, mais conformément aux règles énoncées par l’Imprimerie nationale, ci-dessous résumées :

– Si le titre commence par un article défini, alors le premier substantif et les adjectifs et adverbes le précédant prennent la majuscule (La Grande Vie de l’auteur ; Les Recherches de temps perdu)
– Si le titre ne commence pas par un article défini, le mot initial prend seul la majuscule (Une vie ; À la recherche du temps perdu).
– Lorsqu’il conjugue un verbe, le titre ne porte de majuscule qu’au mot initial (La vie est belle ; Une vie vaut mieux qu’aucune ; Quand la recherche est tout sauf du temps perdu).

La même règle s’appliquera aussi aux noms d’organismes, de titres de journaux et de collections éditoriales. Ainsi qu’elle le recommande elle-même, on écrira donc la Revue de métaphysique et de morale (et non la Revue de Métaphysique et de Morale), la BNF (et non la BnF) et la collection « Schmilblick » et non « SchmilBlick » ou autres fantaisies…

e. Titres d’ouvrages en langue étrangère : les règles de placement des majuscules dans les titres variant d’une langue et même d’un pays à l’autre, la revue n’en appliquera aucune sur les titres en langue étrangère, qui seront donc écrits suivant le choix de l’auteur.