Auteur : Delphine Antoine-Mahut

MALEBRANCHE, Nicolas, Entretiens sur la métaphysique et la religion, présentation, édition et notes par Marion Le Roux-Michaud et Denis Moreau, Paris, Vrin, 2017, 555 p.

Après le livre II de De la recherche de la vérité, les Conversations chrétiennes et l’édition en trois volumes de De la recherche de la vérité (incluant les Éclaircissements, la Réponse à M. Regis et des annexes), les éd. Vrin complètent leur heureuse entreprise de publication des grands textes de Malebranche en format de poche, par les quatorze Entretiens sur la métaphysique et la religion, parus pour la première fois en 1688. Ce volume se compose d’une longue présentation de M. Le Roux-Michaud et D. Moreau (p. 8-115) puis du texte des Entretiens dans la quatrième édition publiée à Paris en 1711, chez Michel David (la dernière édition parue du vivant de Malebranche et révisée par lui). L’orthographe, la grammaire et la ponctuation ont été modernisées et l’intégralité des citations latines, traduite.

Toute entreprise éditoriale procédant de choix sur le contenu du texte donné à lire, la présentation explicite un choix d’allégement et un choix de resserrement. – Un allègement, car ce volume ne donne ni l’intégralité des variantes des quatre éditions, comme le fit A. Robinet dans l’édition des Œuvres complètes (Vrin, 1958-1968) ; ni d’autres textes complémentaires de Malebranche (la première édition de poche des Entretiens par G. Rodis-Lewis, chez Folio-Gallimard, en 1994, incluait les Conversations chrétiennes et un choix de variantes significatives) ; ni le texte des trois Entretiens sur la mort, pourtant ajoutés par Malebranche au même moment que la préface, dans la troisième édition de 1696. Les éditeurs s’en expliquent p. 19 : « À l’occasion de l’édition de 1696, Malebranche ajouta à son texte une copieuse Préface et, peut-être après qu’il eut été sérieusement malade, trois Entretiens sur la mort. Curieusement, ils parlent assez peu de la mort et nous avons décidé de ne pas les faire figurer dans le présent volume, pour ne pas l’alourdir ». – Un resserrement, car la présentation entend attirer l’attention du lecteur sur les thèmes et extraits « canoniques » (p. 96) des Entretiens : l’augustinisme, l’appropriation virtuose du genre dialogique, la « synthèse occasionaliste », la Providence et les rapports entre foi et raison sont restitués par là à leur statut de « plus riche exposé d’ensemble de la pensée de Malebranche », selon l’expression de G. Rodis-Lewis citée p. 18. Le Malebranche qui en ressort est celui des thèmes phares et stabilisés de la maturité, qui fut peut-être « le seul représentant indiscuté de cette si problématique ‘philosophie chrétienne’ » (p. 115). Symétriquement, les passages des Entretiens jugés moins « canoniques », sont secondarisés, comme la Préface. La présentation se concentre sur le « cœur » augustinien, au motif que la Préface « ne remplit pas la fonction d’introduction synoptique, ou synthétique, dévolue à l’accoutumée à ce genre de pièce liminaire. Il s’agit plutôt d’un texte de circonstance, dont seul le cœur est, en un sens, théoriquement important, mais aussi complexe à saisir ». C’est le statut seulement « circonstancié » de ce texte qui justifie l’invitation faite au lecteur de « ne pas commencer (la lecture des quatorze Entretiens) par celle de leur Préface » (p. 20-21).

Or, dans sa pureté même, le noyau canonique de la philosophie – assurément chrétienne – de Malebranche, est aussi le produit de ces circonstances polémiques. Dans cette longue Préface en effet déroutante, Malebranche s’efforce aussi, une nouvelle et peut-être dernière fois, de répondre aux attaques de tous bords contre sa conception si « furieusement abstraite » de l’étendue intelligible. Il s’y défend de formes variées de spinozisme, avec une vigueur et dans des termes qui feront fortune dans une postérité retournée contre ses intentions, comme l’avait montré F. Alquié. Ce Malebranche-là, « retombé » en « mode polémique » et « biaisé », est certes moins « explicite » et systématique (p. 24) que le Malebranche du cœur « augustinien ». Mais il s’agit bien du même Malebranche, de celui qui sait bien que pour nous convaincre à « rentrer dans nous-mêmes, (nous rendre) attentifs et nous (unir) à la vérité éternelle, laquelle seule préside à l’esprit et le peut éclairer » (De la Recherche de la vérité, VI, I, 3, cité p. 34), il faut aussi faire un peu la guerre.

Delphine ANTOINE-MAHUT

Retrouver ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin cartésien XLVIII chez notre partenaire Cairn

♦♦♦