Auteur : Édouard Mehl

RICCI, Saverio, Campanella. Apocalisse e governo universal, Rome, Salerno, 2018, 601 p.

On le sait, D. n’a jamais témoigné avoir beaucoup de sympathie pour Campanella (cf. à Huygens, mars 1638, AT II 47-48), et l’on se doute bien que la théorie de l’inspectio mentis n’est guère compatible avec le panesthésisme campanellien. Par ailleurs, le cadre épistémologique dans lequel se déploie la pensée cartésienne interdit de voir en Campanella un « précurseur » de D., ou de trouver dans son œuvre un « antécédent » au cogito – thèse soutenue il y a un peu plus d’un siècle par L. Blanchet, et déjà sévèrement critiquée par É. Gilson, puis par H. Gouhier, au point que ce dernier a conçu l’idée d’une histoire cartésienne de « l’anti-Renaissance ». Cet ouvrage le rappelle utilement. Ce n’est pourtant pas là ce qui en fait le seul intérêt pour les lecteurs cartésiens. Car cette monographie d’une richesse et d’une ampleur sans précédent montre aussi, indirectement, que la question des rapports entre D. et Campanella ne se limite pas à la mise en œuvre d’une réfutation métaphysique du scepticisme. Campanella (bien que D. ne le cite jamais à ce titre) est aussi l’auteur d’une subtile défense de Galilée (Apologia pro Galileo, Francfort, 1622 ; voir l’éd. de M.-P. Lerner, Paris, 2001, et notre recension : BC XXXII, 1.2.5.), défense dont l’argument n’a pas laissé Mersenne indifférent. Cet argument, transmis par Mersenne, a eu sur D. un impact positif dont on ne saurait sous-estimer l’importance : Campanella montre, dans l’Apologie, qu’aucun concile n’a jamais statué sur les limites du monde, et que la thèse de l’infinie pluralité des mondes ne peut donc pas être formellement tenue pour hérétique. Partant, Rome et les catholiques ne sauraient faire de l’immensité du monde impliquée par les hypothèses héliocentriques un argument théologiquement pertinent contre Copernic et Galilée.

Il s’agit d’un argumentum a silentio que D. utilise de manière strictement analogue dans sa « lettre cosmologique » (à Chanut, 6 juin 1647), une lettre dont S. Ricci avait d’ailleurs magnifiquement éclairé le contexte dans l’étude qu’il lui avait consacrée en 1999 (recension dans BC XXX, 3.1.4). C’est dire que D. n’a certes aucune sympathie pour le monisme sensualiste de Campanella, mais qu’il n’en a pas moins des affinités non dites, et peut-être non conscientes, avec un de ceux qui a activement œuvré à la transformation du modèle cosmologique dans le sillage de laquelle s’inscrit toute l’œuvre de D. Au-delà des questions historiques et doxographiques qui intéressent directement ou indirectement les études cartésiennes, la lecture de cet ouvrage rigoureux, savant et précis, sera désormais indispensable à tous ceux qui s’intéressent à la question de l’histoire universelle et de l’eschatologie politique au seuil de l’âge classique.

Édouard MEHL (Université de Strasbourg)

Retrouver ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin cartésien XLIX chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Édouard MEHL, « Saverio Ricci, Campanella. Apocalisse e governo universal, Rome, Salerno, 2018 », in Bulletin cartésien XLIX, Archives de Philosophie, tome 83/1, janvier-mars 2020, p. 151-222.

♦♦♦

CRÉPEL, Pierre & SCHMIT, Christophe, éd., Autour de Descartes et Newton. Le paysage scientifique lyonnais dans le premier XVIIIe siècle, préface de Denis Reynaud, Paris, Hermann, 2017, 428 p.

À la fin de l’année 2015, au moment même de la célébration du tricentenaire de la mort de Malebranche, un colloque lyonnais a été consacré à l’étude du paysage scientifique lyonnais de la première moitié du XVIIIe siècle – faisant donc une place de choix à la figure de Malebranche, dont l’œuvre occupe une place centrale dans le débat entre cartésiens et newtoniens. Bien qu’il s’agisse d’actes de colloque, où l’homogénéité et l’exhaustivité ne sont pas toujours de mise, ce volume présente toutes les qualités d’une étude monographique rigoureusement délimitée, complète et originale. Il prolonge, avec une focale encore un peu plus resserrée, les travaux de C. Borghero sur le même sujet (Les Cartésiens face à Newton. Philosophie, Science et religion dans la Première moitié du XVIIIe siècle, Turnhout, 2011), ceux de J. B. Shank (The Newton Wars and the beginning of the French Enlightenment, Chicago, 2008), ou encore ceux, plus anciens, d’E. J. Aiton (The Vortex Theory of Planetary Motions, Londres, New York, 1972). Depuis 1687 et la publication des Principia Mathematica Philosophiae Naturalis, le système des tourbillons cartésiens est mis en grande difficulté : Newton pense avoir démontré que les lois du mouvement d’un corps entraîné par le mouvement de la matière céleste sont incompatibles avec la loi des temps périodiques découverte par Kepler en 1618, et publiée en 1619 – il y a tout juste 400 ans – dans le livre V de son Harmonice Mundi. De surcroît, en affirmant que les mouvements planétaires ne peuvent pas s’accomplir dans un milieu fluide perméable, Newton réintroduit le vide, et porte un coup fatal au principe métaphysique identifiant l’étendue à l’essence du corps. Les cartésiens doivent donc relever ce double défi, sans parler ici du troisième défi que constitue la réhabilitation par Newton de la théologie physique, évacuée par la philosophia prima cartésienne.

Le volume étudie plusieurs figures du milieu lyonnais, et consacre un chapitre important à leur chef de file Philippe Villemot, désigné comme le fondateur d’une astronomie cartésienne (F. Ferlin, « Le Lyonnais Philippe Villemot, fondateur d’une astronomie cartésienne », p. 163-192). L’ouvrage de Villemot (Nouveau Système ou mouvement des Planètes, Lyon, 1707) tente de répondre aux deux objections de Newton et il est assez important pour avoir suscité les réactions de Malebranche, Leibniz et Bernouilli. C’est notamment par l’attention portée à cet auteur injustement méconnu que ce volume contribue de manière décisive à corriger l’image excessive et caricaturale d’un cartésianisme ultra-dogmatique anéanti par la critique des newtoniens. Aux différentes études rassemblées par les maîtres d’œuvre de cette publication (Pierre Crépel, Christophe Schmit, Fabrice Ferlin et Hugues Chabot) s’ajoutent l’étude de Sébastien Marrone sur la Géométrie de Claude Rabuel (« Les Commentaires sur la Géométrie de M. Descartes (1730) », p. 111-162) et plusieurs annexes présentant des documents inédits. Cette étude riche, précise et parfaitement documentée constitue un instrument indispensable à tous ceux qui travaillent sur la réception de la physique cartésienne et la philosophie naturelle au siècle des Lumières.

Édouard MEHL

Retrouver ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin cartésien XLVIII chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Édouard MEHL, « CRÉPEL, Pierre & SCHMIT, Christophe, éd., Autour de Descartes et Newton. Le paysage scientifique lyonnais dans le premier XVIIIe siècle, préface de Denis Reynaud, Paris, Hermann, 2017 » in Bulletin cartésien XLVIII, Archives de Philosophie, tome 82/1, Janvier-mars 2019, p. 143-224.


♦♦♦