Auteur : Thomas Anderson

Marina F. BYKOVA & Kenneth R. WESTPHAL (dir.), The Palgrave Hegel Handbook, London, Palgrave Macmillan, 2020, 602 p.

Les éditeurs de ce volumineux manuel – le septième à paraître dans la récente collection des Palgrave Handbooks in German Idealism – expliquent vouloir participer au « réveil » des études hégéliennes dans le monde anglophone, qui connaissent une croissance fulgurante depuis que l’ombre des premiers philosophes de la tradition analytique s’est dissipée autour de la figure de Hegel. Les différents contributeurs proposent en ce sens un total de 28 contributions, surtout destinées à un public déjà initié aux principaux enjeux de la Hegelforschung, et qui survolent la quasi-totalité du système depuis les écrits d’Iéna. Peut-être en raison du large spectre de sujets abordés au fil des chapitres, aucune unité interprétative claire ne se dégage qui rassemblerait les contributions autour d’une approche spécifique de la philosophie.

On remarque tout de même certaines récurrences parmi les préoccupations des auteurs, notamment une attention répétée aux échos kantiens dans les multiples aspects du système de Hegel. Kenneth Westphal propose, par exemple, de retourner à Tetens et à Kant pour éclairer un enjeu épistémologique clé de l’hégélianisme : la réalisation du concept. L’auteur soutient que réaliser (realisieren) un concept, chez Hegel, signifie démontrer qu’il est possible de localiser et d’identifier au moins un objet particulier dont il serait l’instanciation. Un concept a priori réalisable serait donc l’équivalent de ce que Kant nommait un concept objectivement valide, c’est-à-dire un concept dont nous pouvons légitimement faire usage pour connaître des objets. Le lecteur se demandera toutefois si une telle reconduction du criticisme au cœur même du projet de Hegel ne nous fait pas retomber dans les apories décelées chez Kant par ses successeurs. Westphal ne reporte-t-il pas, en effet, le lieu de la validation du concept vers un objet qui demeure en définitive extérieur à ce dont il est l’instanciation ? Répondre à cette question engagerait toute une interprétation de l’idéalisme hégélien.

Deux voies explorées dans le volume nous ont semblé prometteuses pour répondre à ce défi : 1. Angelica Nuzzo, à partir d’une lecture minutieuse des textes, pèse la nouveauté de la Science de la logique en la comparant avec la logique formelle et la logique transcendantale kantienne. Elle soutient que l’originalité de la logique hégélienne est moins à chercher dans son contenu (partagé avec la métaphysique classique et sa critique kantienne) que sa méthode et son mode de présentation, définies comme « dialectiques-spéculatives ». On regrette toutefois que, dans cette conjonction, la dimension spéculative de la « méthode » hégélienne – la plus essentielle, à nos yeux – soit pour ainsi dire assimilée à la dialectique et au mouvement du contenu logique. 2. Pirmin Stekeler-Weithofer déplie quant à lui l’aspect performatif de l’Idée hégélienne en insistant sur la participation du philosophe, par sa pratique même, à l’absoluité. S’il mobilise de manière intéressante aussi bien Fichte que le pragmatisme américain pour créer des ponts avec Hegel, il y aurait tout un travail à mener pour asseoir certaines des intuitions mise en avant dans sa contribution sur une exégèse plus détaillée.

Saluons en terminant la belle part accordée dans l’ouvrage à la philosophie de la nature (Michael Wolff, Kenneth R. Westphal, Cinzia Ferrini) et à la philosophie de l’esprit subjectif (Italo Testa, Allegra de Laurentiis, Markus Gabriel). M. Gabriel y signe un chapitre qui mesure la contribution potentielle de la psychologie hégélienne au problème de la relation esprit-nature dans la configuration que lui donne la philosophy of mind contemporaine. Une tentative qui, abstraction faite de sa tendance déflationniste à l’égard du contenu de l’idéalisme absolu, achèvera de nous convaincre de l’importance décisive des sections sur la psychologie dans l’économie totale de l’Encyclopédie.

Thomas ANDERSON (Université de Montréal/Université de Poitiers)

Retrouver ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin de littérature hégélienne XXXI chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Marina F. BYKOVA & Kenneth R. WESTPHAL (dir.), The Palgrave Hegel Handbook, London, Palgrave Macmillan, 2020, 602 p., in Bulletin de littérature hégélienne XXXI, Archives de philosophie, tome 84/4, Octobre-Décembre 2021, p. 141-180.

♦♦♦