Auteur : Valentin Wey

Klaus VIEWEG, The Idealism of Freedom. For a Hegelian Turn in Philosophy, Leiden, Brill, 2020, X-230 p.

L’ouvrage de Klaus Vieweg regroupe seize articles indépendants, publiés sur une durée de plusieurs décennies. Très critique à l’égard des lectures contemporaines qui « hantent » le système hégélien, ainsi que des préjugés qu’on lui surimpose habituellement, l’interprétation avancée par Vieweg opère en deux temps : commençant par une lecture de la Logique sous le prisme de sa dimension proprement « libératrice », l’auteur s’engage, ensuite, dans une relecture des autres sphères de l’esprit – notamment de l’esprit objectif – à l’aune de ce soubassement logique.

Dans une première partie en effet, il s’agit pour Vieweg d’étendre la question de la liberté au-delà du seul champ de la philosophie pratique et de la comprendre comme une dimension centrale du système hégélien, entendu comme véritable « idéalisme de la liberté ». Le passage de la conscience à la conscience de soi de la Phénoménologie est ainsi identifié comme mouvement libérateur d’un « scepticisme se perfectionnant lui-même » (ch. 3). Par ce progressif dépassement du scepticisme et de l’idéalisme dogmatique, la Phénoménologie préparerait alors une « troisième philosophie », dont la Science de la Logique retrace le déploiement sous forme d’idéalisme absolu. La logique hégélienne se voit alors requalifiée en « théorie logique de la liberté » (ch. 2).

Ce faisant, K. Vieweg suit l’injonction méthodique, avancée par Hegel lui-même, d’après laquelle les différentes parties du système ne peuvent être comprises qu’à la lumière de leur structure logique sous-jacente. Partant de la relecture de la Logique et de la Phénoménologie, l’auteur consacre ainsi la deuxième partie de son ouvrage à une approche renouvelée de la philosophie pratique hégélienne, et en souligne les apports aux débats contemporains. La mise au jour de la structure logique des § 5 à 7 des Principes de la philosophie du droit révèle en effet la remarquable modernité de la théorie hégélienne de l’action : l’imputabilité de l’acte criminel ainsi que la punition ne prennent sens que par rapport au déploiement ultime du concept de personne dans une structure éthique (ch. 6 et 8). Mais l’analyse de ces mêmes paragraphes permet aussi à l’auteur de relever l’apport hégélien au débat sur la durabilité, tant écologique – l’appropriation du « naturel » dans l’objectivation du vouloir devant aller de pair avec une conservation de et un souci pour cette extériorité (ch. 7) – que sociale : l’idée d’un État-providence moderne et le principe d’une régulation publique du marché fournissent une alternative au néolibéralisme de notre époque (ch. 9).

L’originalité d’une lecture croisée de l’esprit objectif et de l’esprit absolu apparaît encore plus clairement au ch. 10. Selon l’auteur, la description de l’État hégélien en tant que triple structure syllogistique entrerait en contradiction avec sa résolution ultime dans la monarchie constitutionnelle, exposée au § 275 des Principes. Or l’apparente incohérence interne doit être comprise, d’après Vieweg, comme une simple stratégie d’évitement de censure de la part de Hegel. Une relecture de la structure syllogistique des Principes à l’aune de la Science de la logique révèle alors Hegel comme héraut non pas du totalitarisme prussien, mais bien d’une république de constitution démocratique.

Si l’assemblage d’articles autonomes entraîne un certain nombre de redites et fragilise quelque peu l’unité globale de l’ouvrage, l’originalité méthodique de Vieweg en assure la continuité. La lecture des différentes parties du système par renvoi à la Logique se révèle indispensable à leur compréhension, et se distingue largement des lectures contemporaines de Hegel. Ce n’est aussi qu’en parlant d’un idéalisme de la liberté en un sens d’abord logique, que Vieweg peut défendre un « tournant hégélien » dans les débats contemporains, tout en restant fidèle à l’exigence de systématicité de la pensée hégélienne.

Valentin WEY (École normale supérieure de Lyon)

Retrouver ce compte rendu et l’ensemble du Bulletin de littérature hégélienne XXXI chez notre partenaire Cairn

Pour citer cet article : Klaus VIEWEG, The Idealism of Freedom. For a Hegelian Turn in Philosophy, Leiden, Brill, 2020, X-230 p., in Bulletin de littérature hégélienne XXXI, Archives de philosophie, tome 84/4, Octobre-Décembre 2021, p. 141-180.

♦♦♦